Avertir le modérateur

09/02/2007

Insouciance ou incompétence

medium_char-onu-liban.jpgAprès quelques mois de calme, les hostilités ont recommencé sporadiquement mercredi soir entre le Liban et Israël. Tout a commencé quand un bulldozer israélien a traversé la barrière de sécurité dans une apparente tentative de déminage. En réaction, l’armée libanaise a immédiatement ouvert le feu. Ce premier incident armé depuis le retrait des troupes israéliennes du Liban-Sud ( 1er octobre 2006) a heureusement fait aucun mort. On peut parfois s’interroger sur l’intelligence des protagonistes. Dans une poudrière, on n’allume pas d’allumette. Insouciance ou incompétence, personne n’a compris l’intervention de l’armée israélienne. Je rends hommage au courage des casques bleus (et en particulier des français) pour risquer leur vie pour défendre la paix entre des protagonistes bien peu responsables.

12:30 Publié dans Moyen-Orient | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Liban

23/11/2006

Attentat au Liban

attentat libanDécidément le Liban ne peut sortir de la violence. Après la guerre du Liban qui ne cesse de recommencer, c’est à nouveau les attentats qui frappent le pays. L'assassinat du ministre chrétien Pierre Gemayel relance la lutte des pro et anti-syriens. Même si l'agence officielle syrienne a immédiatement condamné le meurtre et affirmé l'innocence de Damas, beaucoup d’observateurs voient la main de la Syrie derrière cet acte qui lancerait un avertissement à la majorité libanaise, qui cherche à mettre en place un tribunal international chargé de juger l'assassinat de Rafic Hariri en février 2005 et d'autres assassinats. La concentration des impacts de balles sur les vitres de la voiture de Pierre Gemayel démontre clairement que les assassins sont des professionnels et que le jeune ministre de l'Industrie n'avait aucune chance de s’en tirer. Pierre Gemayel portait le prénom de son grand-père, fondateur des Phalanges libanaises, qui plaida pour un état indépendant de tout contrôle étranger. Il était aussi le fils de l'ancien président de la République Amine Gemayel, et le neveu de Bachir Gemayel, le président assassiné en septembre 1982. La famille Gemayel a payé un lourd tribut à la l’autorité du Liban. Ministre de l'Industrie, Pierre Gemayel travaillait sur de nombreux dossiers dits « sensibles ». La mort de Pierre Gemayel pourrait renforcer les oppositions et la polarisation des populations entre pro et ant-syriens. Cet acte ne va pas atténuer les tensions dans cette zone géographique qui a connu de nombreux malheurs. Les obsèques aujourd’hui seront une occasion donner au peuple libanais de démontrer leur unité contre un nouvel attentat au Liban et surtout contre la violence en général…

10:15 Publié dans Moyen-Orient | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Liban

30/08/2006

Le char Leclerc débarque

char leclercLa France a décidé de mettre les moyens au Liban. Elle y envoie du matériel lourd, voire très lourd : le char Leclerc, les canons de 155 mm, missiles sol-air... La France veut rompre avec l'impuissance des opérations onusiennes et a tout fait pour que l'intervention des Casques Bleus ne soit pas vouée une fois de plus à l'échec. Paris estime que la guerre du Liban a trop duré et que pour imposer la paix il faut y mettre les moyens. Le char Leclerc est l'un des plus performants au monde. Malgré ses 60 tonnes, le char Leclerc roule à 72 km/h sur route et 55 km/h sur terrain. Sa puissance de feu est considérable et sa résistance au tir importante. char leclercPourquoi de tels moyens ? L'armement lourd mis en oeuvre par la France au Liban est un message à l'attention de toutes les parties : le Hezbollah pour qu'il cesse ses provocations, la Syrie pour qu'elle limite ses interventions, le Liban pour qu'il prenne ses responsabilités et enfin Israël pour qu'il cesse d'imposer sa loi au sud Liban. Le temps de la passivité et de l'impuissance des anciennes opérations de l'ONU, où les Casques bleus se "couchaient" comme en Bosnie est peut-être révolu. La puissance de feu déploiée par la France avec notamment le char Leclerc va, espérons- le, imposer la paix.

Rajout : Ce sera le 6ème-12ème régiment de cuirassiers d'Olivet (Loiret), près d'Orléans, qui rejoindra le Liban. Le régiment bouclait vendredi premier septembre la préparation de 13 chars Leclerc et d'un char dépanneur qui seront les fleurons du 1er bataillon français attendu d'ici au 15 septembre au sud Liban. Un sous-officier affirmait "on nous a demandé un parage guerre, avec tout le matériel que peut emporter le char Leclerc, son équipement pionnier, les équipements de transmission, NBC (agressions nucléaires, bactériologiques et chomiques), outils de réparation, c'est l'équipement maximal, le lot de guerre complet !" La France manifestement ne va pas au Liban pour y faire de la figuration.
Le char Leclerc n'avait été engagé sur un théâtre d'opération extérieure qu'une seule fois. C'était au Kosovo, de juin 1999 à mai 2002, test grandeur nature en "projection de force", selon le jargon militaire. Mais ce déploiement s'était opéré sous mandat de l'OTAN. Jamais encore, ce char surpuissant n'avait porté les couleurs d'une mission de l'ONU. Le char Leclerc impressionne par sa puissance de feu : il peut engager l'ennemi à 50 km/h, de jour comme de nuit, par tous les temps et en zone contaminée. Son canon de 120 mm au standard de l'Otan, stabilisé, lâche ses obus en pleine course et avec une redoutable précision. Plus de 70% de ses coups vont au but. Il est même, dit-on, plus efficace en marche qu'à l'arrêt, grâce à un système de stabilisation ultra-sophistiqué. Mais le char Leclerc a un autre atout. Ses yeux de lynx -une caméra thermique dernier cri- percent la nuit. "Une veille permanente, 24h/24 est prévue au sein de chaque peloton de quatre chars Leclerc", explique Olivier Voisin. Ce sera bien utile dans la nuit libanaise.

25/08/2006

La guerre au Liban, la France s'engage

guerre du libanLa guerre du Liban connaît-elle enfin son épilogue ? Pour espérer que le cessez-le-feu perdure, il fallait qu’une force militaire s’interpose et assure la sécurité du sud Liban. Le renforcement de la Finul a connu de longues tergiversations et alors que l’on attendait la France, c’était l’Italie, la seule nation, à être prêt à s’engager. Hier soir, le Président de la République a enfin annoncé l’engagement de la France au Liban avec l’envoi supplémentaire de 1600 soldats s’ajoutant aux 400 hommes déjà sur le terrain. Quant au commandement de la FINUL renforcée, Jacques Chirac  a déclaré : « La France est prête, si l’ONU le souhaite, à continuer à assumer le commandement de la force ». Alors que la France avait été à l’origine de la Résolution onusienne 1701 et que son engagement en faveur de la paix a été salué par la communauté internationale, son engagement contre la guerre du Liban est devenu moins lisible. La résolution prévoyait une force militaire conséquente sous le drapeau de l’ONU. Il semblait naturel que ce soit la France qui en prenne la tête mais Jacques Chirac voulait des garanties pour ses soldats. Le Secrétaire Général de l’ONU Kofi Annan accepté que l’engagement de la force en cas de danger ne soit pas décidé par des diplomates mais par la chaîne de commandement. Quand on connaît les lenteurs de la diplomatie onusienne et son inefficacité, cette demande semble légitime. Concrètement, les Casques bleus auront le droit de faire feu pour se défendre et pour protéger les civils. Leur mission ne consistera pas à rechercher les armes du Hezbollah et encore moins à le désarmer, cette tâche dévolue à l’armée libanaise. La population libanaise attend avec impatience les Casques Bleus pour entamer le déminage de la zone des combats. Il faut espérer que ce travail n’entraîne pas de nouveaux morts, la France a déjà payé un lourd tribut dans cette guerre du Liban.

13:35 Publié dans Moyen-Orient | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guerre, Liban, Chirac, ONU

21/08/2006

Provocation internationale

medium_premier-ministre-israel.jpgAlors que tous les pays sont réticents à envoyer des soldats au Liban pour faire respecter la résolution 1701 et face aux hésitations de la France, le Premier ministre Israelien, Ehoud Olmert a demandé à l’Italie de « jouer un rôle primordial» au sein de la force multinationale c'est-à-dire en prendre la tête. Il s'agit clairement d'un pic à l'égard de la France qui tarde à envoyer des troupes. Paris attend toujours des garanties de sécurité pour ses soldats et des engagements de ses partenaires. Jacques Chirac a rappelé « la nécessité de préciser très rapidement les missions, les règles d'engagement, la chaîne de commandement et les moyens de la Finul renforcée ». Et c'est là que le bas blesse. L'ONU ne progresse manifestement pas sur la définition des missions précises de la FINUL. Or porter les effectifs de la FINUL de 2000 casques bleus à 15000 sans en modifier clairement le mandat, c'est voué à l'échec sa mission. La France a peur de s'engager dans un bourbier où les fous de dieux sont capables des pires actes et où les Israeliens n'entendent que deux voix : celle de la réaction militaire et celle de l'amérique qui n'est qu'une traduction de la première. Le premier ministre Israelien en annonçant son souhait de voir l'Italie prendre le commandement de la FINUL, a lancé un message à l'égard de la France qu'il trouve trop proche du monde arabe. Est-ce une provocation pour faire réagir la France ou est-ce son réel souhait ?

18/08/2006

La France hésite et on la comprend !

medium_ONU-liban.jpgHier soir s'est tenue une réunion des pays contributeurs à la FINUL renforcée et il faut bien le reconnaître les autorités ONUsiennes ont été très déçues de la proposition française. On s'attendait dans un premier temps à 5000 hommes puis on parler d'un contingent de 2000 à 4000 soldats et pour l'instant on annonce l'envoi de 200 militaires. Même si Paris va certainement revoir ce chiffre sensiblement à la hausse, la déception fut grande aux Nations Unis. Il serait plus que légitime que la France prenne la tête de la FINUL avec une bataillon conséquent. En effet, ancienne colonnie française, le Liban a toujours été proche de notre pays et le Président Jacques CHIRAC y a de sérieuses amitiés. Mais alors pourquoi tant de réticences ? Tout simplement car il s'agit d'une mission à très haut risque et France a déjà payé un lourd tribut en 1983. De plus, le mandat n'est pas clair et le Hezbollah fait peur. Il est vain de penser qu'il va être désarmé par l'armée régulière libannaise. La France va-t-elle prendre sa place dans cette mission ? Il est probable que oui mais n'oublions pas que le monde est dangereux et particulièrement cette zone géographique et que l'on va probablement subir des pertes.

16:11 Publié dans Moyen-Orient | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ONU, Liban, FINUL

15/08/2006

Est-ce la paix ou une trêve ?

medium_paix.jpgCela fait plus de 24 heures que le cessez le feu est entré en action et le calme semble demeuré. Est-ce la paix ou uniquement une trêve de quelques heures voire de quelques jours ? Cela dépendra des réelles intentions du Hezbollah, de la patience et du calme des israëliens et aussi de la fermeté des casques bleus. Et c'est là que le problème se corse. En effet, seul un grand pays peut diriger les casques bleus au Liban. Les Etats-Unis ne pouvant pas s'affranchir de cette tache compte tenu de l'anti américanime ambiant au Moyen-Orient, le rôle devrait donc revenir à la France. Cependant son expérience dans ce pays fut malheureuse par le passé. medium_finul.jpgEn effet, on se rappelle de l'attentat du Drakkar à Beyrouth qui a entrainé la mort de 58 parachutistes français le 23 octobre 1983. La France veut un mandat clair pour engager ses 5000 soldats. Les négociations sont âpres et la paix se décide dans les modalités d'interventions des casques bleus. Le jour de la Paix se rapproche-t-il ?

12/08/2006

Jour de la paix

jour de la paixEst-ce le Jour de la Paix ? Le conseil de sécurité vient d'adopter une résolution (une de plus) à l'unanimité appelant à une cessation immédiate des hostilités au Liban. Le texte appelle le Hezbollah à cesser immédiatement ses attaques et exige d'Israël qu'il unterrompe sur le champ ses opérations militaires offensive au Liban. La réponse d'Israël ne sait pas fait attendre, il a intensifier ses opérations et qui peut imaginer que l'armée libanaise puise désarmer le Hezbollah qui ne se pliera certainement pas (une fois de plus) à cette résolution. Je crains que cette résolution soit un coup d'épée dans l'eau et que l'ONU ne serve pas à grand chose, comme à son habitude. Le Jour de la Paix n'est peut pas encore arrivé mais il faut espérer une amélioration qui tend au moins vers un cessez-le-feu.

Dessin réalisé par Christian

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu